Observatoires Hommes-Milieux

ImageBMP Internet

L’ancien bassin charbonnier de Provence, également appelé bassin minier de Gardanne, constitue le territoire d’étude de cet Observatoire.

Situé dans l’est du département des Bouches-du-Rhône, entre Marseille et Aix-en-Provence, il concerne dix-sept communes rassemblant un peu plus de 100 000 habitants. Durant près de deux siècles, l’unité de cet espace s’est forgée autour de l’exploitation du lignite et de l’industrialisation induite par la mine. Encadré au nord par le massif de la Sainte-Victoire et au sud par la chaîne de l’Étoile ainsi que par la montagne du Régagnas, paysages emblématiques de la Provence, cet espace est caractéristique des dynamiques périurbaines et industrielles en zone méditerranéenne. Ces dynamiques, souvent contradictoires, ont été influencées par l’arrêt définitif de l’exploitation minière au début des années 2000.

Fiche technique de l’OHM

fessenheim Internet

La fermeture annoncée de l’exploitation du CNPE Fessenheim répond à un débat politique national, voire international sur la place du nucléaire et l’énergie. Elle aura des répercutions socio-économiques majeures en Alsace centrale, et devra répondre à des défis environnementaux d’ampleur pendant la phase de démantèlement.

La localisation de ce socio-écosystème, aux frontières de l’Allemagne et de la Suisse, dans une région fortement industrialisée en bordure du Rhin, en fait un objet d’étude unique, complet du point de vue socio-environnemental, emblématique par les logiques énergétiques et leurs transitions en cours, et complexe par les aspects européens et internationaux qu’il implique de facto dans sa compréhension.

Les thématiques clefs de l’OHM Fessenheim créé en 2018 concernent ainsi les questions :

  • de l’énergie nucléaire et des énergies de remplacement, dans un contexte de transition énergétique et écologique,
  • de l’impact social, sociétal et urbain de la fermeture sur le territoire,
  • et des modifications environnementales déclenchées par la l’arrêt de la production et le démantèlement.

Fiche technique de l’OHM Fessenheim

nun

L’Observatoire Hommes-Milieux International Nunavik a été créé en 2012, sous l’égide commune de ses organismes de tutelle : l’Institut Écologie et Environnement du CNRS, le Centre des Études Nordiques et l’Association Régionale du Kativik.

Kangiqsujuaq est une des 14 communautés Inuit du Nunavik située au nord du Québec dans un site exceptionnel, à 10 km du détroit d’Hudson (Nuvummiut Imarppinga), recouverte d’une zone de toundra herbacée en pergélisol continu, dans une région très riche en minerais.

Kangiqsujuaq réunit 725 habitants dont 41% ont moins de 20 ans. Une partie de la population travaille dans une des plus grandes mines de Nickel au Canada, la mine Raglan Xstrata située à 90 km et dans la mine de Canadian Royalties. C’est aussi la porte d’entrée principale du Parc national des Pingualuit, le célèbre lac aux eaux bleutées et exceptionnellement pures formé par un impact météorique. C’est une communauté en plein développement (nouvelles infrastructures communautaires, sportives, touristiques, nouvelles petites entreprises). Elle a été choisie par l’Administration Régionale de Kativik comme lieu d’implantation de l’OHMI et servira de lieu d’expérimentation pour les autres communautés du Nunavik.

Fiche technique de l’OHMi

pdb slider mini

Situé au Nord-est du département de la Moselle, le Pays de Bitche est un espace rural enclavé et frontalier bordé au Nord par la frontière allemande (Rhénanie-Palatinat) et au Sud par le département du Bas-Rhin. Le territoire compte un peu moins de 35 000 habitants pour 46 communes. Structuré depuis plusieurs siècles par une forte présence militaire, le retrait progressif de l’armée a eu pour effet de transformer le territoire en profondeur depuis une vingtaine d’années.

Le Pays de Bitche apparait ainsi comme un territoire traversant de profondes mutations sous l’effet d’une déprise généralisée (industrielle, ferroviaire, agricole…) dont les dynamiques nécessitent d’être étudiées à l’articulation des phénomènes sociaux et des écosystèmes.

Fiche technique de l’OHM

vr

L’emprise géographique de l’OHM Vallée du Rhône correspond à l’axe fluvial du Léman à la Méditerranée, au fleuve lui-même, à ses milieux aquatiques annexes et aux zones riveraines, inondables pour certaines. Les territoires étudiés sont ainsi soumis à l’influence de nombreux aménagements présents sur tout le cours du fleuve. Ceux-ci résultent de deux périodes clés : la construction de la voie navigable (1840-1910) et la mise en place des équipements hydro-électriques (1948-1986). Ils ont conditionné l’évolution des paysages contemporains et la répartition des activités humaines. Un type particulier de paysage caractérisé par un Rhône « court-circuité », un canal et tous les ouvrages associés, se répète ainsi comme un motif territorial au niveau de chaque aménagement hydro-électrique permettant des comparaisons géographiques inédites et la mise en lumière des causalités de changement.

Fiche technique de l’OHM

IMG Internet

L’élément fondateur de l’OHM Pima County: les réserves minières, estimées à 2,7 Bt de cuivre, ce qui représente plus de 10% de la production étasunienne, devraient être exploitées avec de “nouvelles techniques environnementales” de traitement et de recyclage de l’eau. Une approche comparative sera effectuée avec différents sites miniers de cette même région afin d’analyser :

  • les effets écologiques sur les eaux souterraines, la biodiversité, l’usage de sols, la qualité de l’air, etc.
  • l’impact sanitaire, économique et social sur les populations voisines (communautés résidentielles, périphéries urbaines en expansion, réserves indiennes).

L’objectif étant d’éclairer les interactions et leurs dynamiques au coeur des systèmes socio-écologiques et socio-économiques constitués sur l’objet de recherche.

Fiche technique de l’OHMi

 

 

      •  
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search